Skip to main content

Rencontre virtuelle du groupe des maternelles 78-92-93-95 du 6 décembre 2016 sur le texte libre

                                                                             ICEM 95 groupe mater rencontre « telegram » du 6/12/2016
                                                                                                           Textes libres
                                       
Ont participé à ces échanges : Béatrice Chaperon, Agnès Joyeux, Cécile Émeraud, Caroline Lepen,

Problématique :
Moi, j'aimerai savoir comment commencer et mener à terme en particulier les petits livres.
Le texte libre en mater, est-ce que c'est la dictée à l'adulte ? est-ce que c'est forcément accompagné d'un dessin ?
J'ai commencé quelque chose cette année et j'aimerais avoir votre avis. Comme on faisait les petits livres avec les grands de ma classe (jusqu'à ce qu'ils votent pour un dessin de petit et que ce soit très compliqué d'en faire une histoire, mais ça c'est un autre débat), je voulais faire un journal des dessins de petits et d'un enfant plus grand mais handicapé. Je me suis lancée à la suite de débats sur la liste maternelle et j'aimais bien ce qui se faisait.

Échanges :
Le texte libre, est-ce que c'est forcément une histoire ? Ça pourrait aussi être une évocation, des jeux de langage, de la poésie ...
Je suis embêtée avec le terme parce que j'appelle ça des dessins histoire, dans le but d'avoir des histoires.

Le texte libre, est-ce que c'est individuel ?
Les textes libres ou dessins-histoires sont individuels dans beaucoup de classes.
Chez moi ils sont individuels, au début, et après ils présentent au groupe et choisissent celui qui leur plaît, ce qui permet d'aller vers du collectif
Quand je le faisais, les dessins-histoires étaient individuels mais les petits livres qui en découlaient  étaient un travail de groupe et la collection de petits livres un projet  collectif, de toute la classe.

Mais que demandes-tu à tes élèves "au tout début"? Comment leur présentes -tu ce projet? Pars-tu d'un dessin, d'une idée évoquée, d'un événement de la classe...

Chez moi, c'est ultra guidé. On fait un récit en 6 épisodes, et après on choisit de faire les illustrations et là aussi je guide parce que j'en profite pour leur donner des techniques (permanence du décor, donc on en fait un et on change les personnages, ou alors découpage, comment dessiner un bonhomme avec des vêtements si on fait un "bonhomme fil", etc.)

Le fait de les guider beaucoup n'est pas forcément ce à quoi j'aspire, mais je dois reconnaître que je trouve que ça a du sens, qu'ils apprennent des choses, qu'ils sont actifs et qu'ils progressent.
Les enfants sont très demandeurs de dessins-histoires, je l'ai vu encore la semaine dernière dans la classe de Claude.
Chez moi, c'est une activité très ritualisée. Certains en sont férus, d'autres me demandent parfois de faire autre chose.

L'expression, orale, écrite ou dessinée dans une classe coopérative sera valorisée. Çà peut se faire par les petits livres ou bien par le journal ou bien par un kamishibaï ou bien …
Après le temps d'expression, il y a en général une communication qui peut prendre plusieurs formes.
C'est justement parfois ma problématique. Je laisse l'expression totalement libre pour le premier jet, mais ensuite, mis à part le fait que je demande toujours à l'auteur initial s'il est d'accord, je travaille avec eux pour le fond et la forme.

Jean Astier a mis sur le site des journaux de plusieurs classes :
http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/45875
Je suis allée voir à plusieurs reprises, c'est pour ça que j'essaie de m'en inspirer.

Journal de la classe de PS-GS de Béatrice :
Pour les PS, ce sont leurs dessins et leur texte, je n'ai rien retouché.